de la Ville d'AosteNews

Ville d’Aoste : 24 propositions d’action pour surmonter les effets négatifs de la crise économique

Les travaux de la Commission spéciale Covid se sont terminé par un vote unanime

La commission spéciale de la Ville d’Aoste pour la situation d’urgence Covid-19 a terminé ses activités. La Commission s’est réunie cinq fois en séance formelle et trois fois en groupe de travail, avec 21 experts, des représentants des catégories économiques, des organisations syndicales et des associations du troisième secteur.

Les objectifs de la Commission

  • Analyser et surveiller l’état d’urgence provoqué par la pandémie sur le territoire communal
  • se confronter avec les stakeholders (associations représentatives, organisations syndicales, etc.)
  • commission compétente pour l’élaboration de stratégies de relance future de l’économie
  • fournir un soutien à la commission compétente pour l’élaboration de stratégies sociales
  • soutenir les groupes les plus vulnérables, en particulier les nouvelles pauvretés
  • formaliser des propositions de les délibérations à soumettre au conseil municipal
  • établir le rapport final à soumettre au conseil municipal sur les activités énumérées ci-dessus à la fin de son fonctionnement

Les points de départ

Au cours de l’année 2020, le déclin de la population résidente s’est accentué, certainement aussi à cause de la pandémie de « Covid-19 », comme le montrent les données contenues dans le DUP. Au 30.09.2020 la population d’Aoste s’élève à 33.929 unités, dont 18.050 femmes et 15.879 hommes. Il est particulièrement préoccupant et ne peut manquer d’être pris en considération là où l’on est appelé à réfléchir sur des projets de réforme structurelle et stratégique, le chiffre de la natalité qui ne comptait que 135 nouveaux nés en septembre 2020. Le déclin démographique n’est plus compensé par les soldes migratoires et le risque de voir la dynamique économique se refléter à l’avenir est de plus en plus grand.

Sur le plan général, au 30-09-2020, en ce qui concerne l’économie implantée sur le marché, l’analyse des localisations actives des entreprises, y compris celles qui s’occupent de commerce de gros, confirme la situation relevée les dernières années. La ventilation par secteur montre que, malgré quelques légères baisses, les domaines les plus répandus sont ceux du commerce et, par la suite, de la construction et des services aux entreprises. Le centre historique, centre touristique de la ville, abrite la plupart des établissements publics présents sur le territoire de la ville.

Dans la zone d’Aoste Est et dans la partie Ouest de la ville, où sont situées de nombreuses activités commerciales (viale Conte Crotti) et la zone mégalithique de Saint-Martin-de-Corfou, les nombres d’activités en question sont nettement inférieurs à ceux du centre historique. La situation des établissements de voisinage est en baisse par rapport à 2019, avec une diminution globale de 17 unités. En particulier, en 2020, avec une augmentation de 8 unités dans le secteur « Alimentaire », il y a eu une baisse sensible, de 25 unités, dans le secteur « Non alimentaire ».

Dans le secteur touristique, il existe une large gamme de solutions d’hébergement pour ceux qui veulent rester dans la ville. L’offre est en augmentation constante dans les dernières années (+ 1 structure et, par conséquent, + 72 lits en 2020) et est constitué d’un total de n. 1.687 lits répartis en n. 76 exercices.

L’analyse du travail effectué par la machine administrative

Dans cette situation, la machine organisationnelle et administrative de la commune a été très sollicitée par la charge de travail supplémentaire découlant des ordonnances et des procédures (évidemment non pensées pour l’urgence) en même temps que la nécessité de se réorganiser avec le smartworking et les restrictions sanitaires également valables pour le domaine de travail de l’administration.

Il s’agit notamment d’une liste des activités menées et qui sont toujours en cours : 

  • la mise en place d’un groupe de travail convenablement formé (environ 20 employés en cas d’urgence extrême) renforcé ou rationalisé en fonction de l’aggravation ou non des contaminations de la population;
  • la mise en place d’une Centrale Opérationnelle via M. Emilius 24 et une de réserve au Palais Municipal (à utiliser dans le cas où le siège principal en raison des contaminations parmi les opérateurs n’avait pas été disponible, hypothèse à l’instant heureusement non survenue);
  • mise en place et gestion des procédures de flux de données avec d’autres entités (AUSL et protection civile régionale);
  • prédisposition des ordonnances d’isolement (plus du triple de toutes les ordonnances qui sont émises de l’Administration Communale dans l’arc de 1 an seulement dans le mois de novembre 2020);
  • des contrôles et des évaluations, en collaboration avec l’AUSL, pour les ordonnances d’isolement, d’autocertification et de retrait;
  • notification des ordonnances syndicales d’isolement et de quarantaine (dans la première phase) et envoi des ordonnances en PDF et des révocations par e-mail (dans les deuxième et troisième phases) pour simplifier au maximum les procédures et par conséquent les délais de livraison;
  • contrôles et chargement des données en temps réel (ordonnances et retraits en PDF) sur le portail COVID19 Regionale (utilisé par les forces de police pour effectuer des contrôles sur route);
  • la mise en place et le démantèlement de services pour les personnes isolées (distribution des dépenses alimentaires, distribution des médicaments à domicile, collecte des déchets municipaux de manière spéciale contre-contagieuse, gestion des animaux d’affection détenus par des sujets isolés);
  • les mises à jour du fichier Excel à envoyer à la Protection Civile Régionale et au Bureau d’Assistance COVID;
  • soutien téléphonique aux innombrables demandes reçues avec un engagement massif pour donner les réponses adéquates et le soutien aux utilisateurs (ces tâches ont été exécutées par au moins une personne dédiée aux moments les moins critiques, et deux autres ont été effectuées pendant les phases aiguës de l’urgence);
  • envoi d’ordonnances d’isolement et de révocation à toutes les forces de l’ordre opérant sur le territoire.

24 propositions d’action pour surmonter les effets négatifs de la crise économique

  • 1. Information Surtout à ce stade crucial de la campagne vaccinale et à l’avenir, en ce qui concerne les besoins d’information concernant les rafraîchissements, les facilités, les réglementations, les comportements sanitaires, etc. etc. il est proposé d’accroître l’effort et les moyens de communication et d’information directe aux citoyens par tous les moyens nécessaires en promouvant à la fois une révision de la communication ordinaire en cours et des campagnes spécifiques.
  • 2. Concertation Convaincu que, abstraction faite de l’urgence sanitaire, les 3 prochaines années seront décisives pour la sortie de la crise et la relance de la ville se propose d’instituer deux tables permanentes de consultation et de concertation avec le monde économique et avec le Tiers Secteur. Deux tables structurées et permanentes où élaborer des stratégies et programmer des initiatives susceptibles de coordonner les efforts publics et privés.
  • 3. Investir dans une nouvelle attractivité de la ville. Il est très important pour Aoste d’intercepter les flux touristiques susceptibles d’être renouvelés que la post-pandémie déterminera, sous réserve des différentes conditions de sécurité et de logistique qui seront nécessaires. Pour ce faire, il faudra développer les qualités propres de l’incoming mais aussi, peut-être surtout, renouveler la capacité d’attraction intrinsèque de la « destination Aoste ». Cela signifie investir dans l’exploitation de l’offre culturelle de notre ville, des monuments, des services collatéraux, mais aussi sur l’ameublement urbain, sur les services publics et sur l’image globale de la ville. Il est souhaitable que cette intervention systémique soit insérée dans un plan général régional plus large qui travaille sur les connexions entre les localités touristiques et la ville, j’entends Aoste comme centre touristique pour l’entière filière régionale.
  • 4. Investir dans des actions d’information et de promotion Aoste (Site Tourisme) A partir de cette attractivité renouvelée, il est nécessaire d’augmenter, dans les prochaines années, les investissements d’information et de promotion touristique à partir des moyens numériques et des autres canaux naturels où se forme le choix de la destination touristique.
  • 5. Investir dans la numérisation des services pour le tissu économique. L’objectif du partage passe par l’innovation et une infrastructure numérique plus forte de la ville, qui simplifie les services publics, débureaucratise et soutient l’initiative privée à travers la convivialité des services d’innovation technologique. Dans ce sens, il est proposé de préparer un plan d’investissement pour la réalisation de la « Smart City » qui encadre les actions en cours, les coordonnateurs et esquisse celles qui restent à mettre en œuvre dans un processus de programmation serré. Il faut envisager des actions de soutien aux petites entreprises et aux commerçants, en accord avec les services propres de la Chambre de Commerce, capables de dépasser les gaps technologiques et de compétences.
  • 6. Favoriser le soutien à la liquidité et à l’investissement. L’administration communale doit se faire par l’intermédiaire de la Région pour définir des instruments de soutien à l’entrepreneuriat local et de développement de l’innovation qui soient conformes aux particularités de la dimension citadine. En particulier, nous avons besoin d’instruments de facilitation et de garantie pour les investissements futurs qui visent à assumer et à interpréter le changement en cours.
  • 7. Nouvelles entreprises Il est proposé d’étudier une initiative spécifique de soutien à l’implantation de nouvelles entreprises sur la commune d’Aoste sous la forme d’une contribution au remboursement des taxes communales pendant deux ans et d’autres facilités sur le plan de l’autorisation et de la bureaucratie afin de reconnecter le tissu économique. Des telles initiatives pourraient être orientées à des particulière secteurs économiques dont on identifie la carence dans une optique stratégique par rapport à la vocation touristique et culturelle de notre réalité et conclue à la digitalizzazione et à l’innovation du système productif même dans la logique de la transition écologique et de l’économie circulaire.
  • 8. Favoriser les politiques de mise en réseau Un travail partagé entre les différents acteurs est jugé important pour identifier des espaces et des services qui, même au niveau communal, puissent soutenir et favoriser le regroupement des entreprises. Le travail en réseau représente l’un des grands défis que notre système économique sera appelé à relever pour surmonter les difficultés liées à sa petite taille. Cela peut se faire soit en élargissant les bonnes pratiques déjà en vigueur du côté des associations de commerçants, soit du côté de l’intégration entre secteurs marchands ou productifs en promouvant des caractérisations et des spécificités liées à la réalité aostane.
  • 9. Politiques de facilitation de la mobilité. Pour soutenir la reprise économique de la ville il est très important favoriser une renouvelée mobilité générale qui pas seulement continue dans la définition d’un nouveau système global mais qu’il agisse même sur l’émergence en favorisant, même dans expérimentale et provisoire, un afflux plus facile vers la ville. Il faut agir sur l’offre du service de transport public en augmentant stratégiquement les courses et les services de liaison entre le centre et la périphérie et entre les zones hôtelières et les sites touristiques. Il faut accélérer l’efficacité, la convivialité et l’attractivité des circuits cyclopiétonniers. Il convient de revoir globalement les tarifs des parkings en facilitant, par exemple, la demi-heure de stationnement gratuit dans les zones à forte intensité commerciale, en introduisant des tarifs touristiques et en favorisant les solutions de parking + navette dans les grands espaces périphériques. Il convient de soutenir une accélération des projets régionaux de modernisation de la section ferroviaire et de la gare d’Aoste afin de développer les liaisons avec la ville, tant en fonction des flux des migrants que pour favoriser les flux touristiques.
  • 10. Politiques d’assouplissement tarifaire et fiscal Il convient de confirmer les avantages Taries et les initiatives d’allégement pour les entreprises qui ont dû subir les conséquences économiques des fermetures et des limitations imposées par les interventions pour vaincre la pandémie. Des actions d’accompagnement doivent être envisagées pour les personnes en difficulté économique qui risquent l’échec avec l’introduction de nouveaux instruments de report et de rééchelonnement des paiements. Il convient de représenter à la Région la nécessité d’actions spécifiques à l’égard, notamment, des catégories professionnelles et d’entreprises les plus touchées. Quand nous aurons plus de certitudes par rapport aux transferts étatiques et régionaux prévus pour les collectivités locales (décret Ristori 5, Variazione bil. Regionale, etc.) Un examen de l’ensemble des définitions tarifaires et fiscales devra être effectué au niveau de l’administration, afin d’élaborer un ensemble de réductions ciblées sur les secteurs les plus en crise et les ménages afin d’accroître leur résilience économique.
  • 11. Favoriser par une réduction IMU ceux qui réduisent le loyer à des entreprises en crise. Il convient de promouvoir et d’encourager la possibilité, pour les propriétaires qui louent des établissements ou des entreprises touchées par la crise économique, de réduire le loyer pour les mois de lockdown d’au moins 10% face à la reconnaissance d’une réduction du taux IMU à 4,6 x1000 ainsi que prévu de la délibération du CC du 18 mars 2021.
  • 12. Soutien au commerce urbain Dans le cadre de la politique plus générale de soutien au commerce, à la restauration et à la chaîne d’approvisionnement touristique, si gravement touchée par les restrictions sanitaires, une campagne de publicité et de communication visant à soutenir la consommation locale, coordonnée avec les actions des associations professionnelles, pourrait être utile.
  • 13. Co-programmation et co-conception. Du point de vue des interventions concrètes visant plus généralement la cohésion sociale et les politiques d’inclusion, il est proposé d’accroître les ressources et les actions de co-programmation et deconception avec le Troisième Secteur prévue par la réglementation de manière à ce qu’elle devienne les instruments administratifs ordinaires pour augmenter l’efficacité et l’efficience de l’intervention publique à partir du Plan de zone.
  • 14. Volontariat La propension au volontariat en tant que service de citoyenneté active doit être encouragée et renforcée, notamment par des actions d’information et de formation spécifiques, en particulier à l’égard des jeunes. En particulier, il est suggéré d’évaluer quelles actions peuvent être entreprises pour mettre à la disposition du bénévolat les espaces publics à la disposition de l’administration (bibliothèques, écoles, bureaux en général…) et d’éventuelles possibilités spécifiques afin de promouvoir l’information du public sur l’engagement civil des associations bénévoles en cas d’urgence et sur les comportements personnels utiles pour éradiquer la pandémie.
  • 15. Violence liée au genre. Il est nécessaire d’accroître le soutien aux projets d’aide aux femmes victimes de violence et d’informer largement sur les droits et les instruments à la disposition des victimes en vérifiant notamment la disponibilité dans le patrimoine immobilier de la commune de la disponibilité pour une nouvelle résidence protégée et signalant sur la page d’accueil du site de la municipalité le numéro de téléphone du Centre anti-violence /Centre des femmes et des instructions sur la façon de contacter les services d’assistance et de soutien pour les femmes victimes de violence.
  • 16. Politiques en faveur des familles. En vue aussi de la saison estivale, mais pas seulement, elles doivent être re-activées et adaptées aux nouvelles exigences éducatives et de soutien familial les initiatives extrascolaires pour les mineurs, même dans la tranche 0-6 ans. Il faut renforcer les centres d’été comme espaces privilégiés de socialisation jusqu’à 16 ans en les structurant comme partie du processus éducatif Il est souhaitable, en outre, une collaboration avec les réalités associatives/de volontariat opérant dans notre territoire (par ex. le Centre des familles). Il convient également de renforcer les services d’assistance psycho-sociale, en particulier en ce qui concerne les dommages relationnels et psychologiques que la pandémie a causés, en particulier aux jeunes générations.
  • 17. Lutte contre la pauvreté Il est nécessaire de développer les politiques de lutte contre la pauvreté et en particulier celles d’inclusion sociale, y compris de manière préventive, face au risque d’augmentation du chômage et du malaise social. Il est en effet prévisible que la crise pandémique conduira, à moyen terme, à une augmentation de la demande d’intervention publique et à la demande de sa réorganisation qualitative. Il faut prévoir dès à présent un accroissement des ressources économiques pour faire face aux nouveaux besoins. Là où cela est possible et utile, on souhaite une plus grande synergie avec le service Quotino.
  • 18. Politiques en faveur de l’enfance. Renforcer le soutien aux responsabilités familiales et au développement des jeunes générations par une extension des politiques en faveur de l’enfance, de l’enseignement ordinaire et des activités extrascolaires. En particulier, il est nécessaire d’investir dans le sport pour tous, à la fois dans le développement global de la personne et comme prévention de nombreuses pathologies qui peuvent aujourd’hui être résolues en évitant l’intervention sanitaire.
  • 19. Politique du logement Compte tenu de l’aggravation probable, en raison des effets à moyen terme de la crise économique, du problème de l’urgence du logement (notamment pour défaut de paiement) Une prise en charge plus homogène et efficace semble nécessaire en partageant avec la Région une nouvelle structuration des interventions pour faire face à l’urgence du logement.
  • 20. Sport Du point de vue plus général de la pratique sportive, si fortement limitée par les restrictions sanitaires et les difficultés d’installation survenues, il semble nécessaire d’agir dès à présent pour permettre aux fédérations sportives et aux associations de promotion sportive de programmer les activités en simplifiant, dans la mesure du possible, les tâches d’autorisation et le soutien des activités dans les installations disponibles et les lieux publics en plein air.
  • 21. Réorganiser l’offre de services de médicaments essentiels avec la Croix-Rouge et le bénévolat. Les pharmacies se sont révélées être un élément essentiel du soutien aux familles touchées par la pandémie et le resteront à l’avenir. Il faut imaginer un système des pharmacies plus capable d’intervenir dans l’urgence, plus flexible et plus intégré avec le territoire et la communauté. L’expérience de la collaboration avec la Croix-Rouge doit être soutenue et étendue, notamment en repensant la qualité sociale de l’offre commerciale dans le sillage de ce qui a déjà été décidé par le Conseil municipal en ce qui concerne, par exemple, les produits d’hygiène féminine.
  • 22. Actions de débureaucratisation et d’accélération des pratiques d’autorisation en développement économique. Afin de soutenir la dynamique économique, il apparaît nécessaire de rationaliser et d’accélérer les procédures le critère d’une révision temporaire et d’urgence, dans le sens d’une réforme globale et structurelle. En particulier, il semble urgent d’agir en particulier en ce qui concerne le processus d’autorisation des pratiques dites « ecobonus 110% », notamment par la création d’une unité de projet spécifique.
  • 23. Renforcement de la capacité de l’administration communale à participer aux appels d’offres européens. Le grand défi de la Next Generation EU et, plus généralement, des opportunités découlant des lignes de financement et de soutien aux projets (Régionaux, nationaux et européens) dépendent, en grande partie, de la capacité de l’administration à mobiliser des structures et des compétences capables de concevoir, de concourir, de gérer et de réaliser les différents appels disponibles. Il est essentiel que la réorganisation imminente de la structure administrative soit orientée vers la gestion d’un effort exceptionnel au cours des six prochaines années.
  • 24. Loi de refinancement Aoste Capital. Il est de grande importance, même pour la faisabilité des points précédents, que la Région s’engage à un refinancement pluriannuel de la loi Aostacapitale, comme demandé des interlocutions institutionnelles et réaffirmé de l’odg approuvé du Conseil Communal le 17 mars 2021, permettant à l’administration communale de se restructurer en renforçant tous les pôles organisationnels et administratifs susceptibles de relancer l’action publique. Il est nécessaire de convenir, avec la Région, qu’Aoste est le coeur des politiques de développement et de partage de toute la région et qu’il est dans l’intérêt de tous de sortir rapidement de la crise.

G.P.

Articles Similaires
CultureEvénementsNews

Présentation de la réimpression du volume «Tra la Dora e l’Isère» de René Willien

Laréédition du volume de René Willien “Tra la Dora e l’Isère”, sera présentée…
Continuer
du ConseilLe groupe ConseillerNews

I lavori del Consiglio Regionale in diretta

Il Consiglio regionale è convocato in sessione ordinaria giovedì 21 luglio 2021, a partire dalle…
Continuer
Le ComitéNewsPolitique

Le soutien du gouvernement régional aux produits agroalimentaires locaux

Le feu vert du gouvernement régional aux critères de candidature pour l’octroi de…
Continuer
se sei un autonomista e ti piace il progetto Peuple Valdôtaine Blog
Scrivici!

Saremo felici di contattarti e darti il tuo spazio di espressione

 

FédéralismeLe débat

Une bonne nouvelle: la ville de Moutier a choisi le Jura!

Vaut la peine d'être lu...