Notre Histoire

Giornata Nazionale dei Dialetti e delle lingue locali

Le 17 janvier de chaque année est célébrée la « Journée nationale du dialecte et des langues locales » instituée par l’Union Nationale des Pro Loco. Pour cette occasion, nous vous proposons « un peu d’histoire » tiré du site Regionale patoisvda.org

Le francoprovençal

 » Le patois est un parler francoprovençal, langue néolatine qui, avec la langue d’oïl, c’est-à-dire le français, et la langue d’oc, c’est-à-dire le provençal ou occitan, compose le groupe linguistique appelé gallo-roman. La définition de francoprovençal revient au fondateur de la dialectologie italienne, Graziadio Isaia Ascoli, et elle s’explique, d’après l’auteur, par le fait que cette langue possède des caractères qui sont communs au français et d’autres qui sont communs au provençal, tout en manifestant son individualité et son indépendance par rapport à la langue d’oïl et à la langue d’oc.

Le francoprovençal peut être considéré du proto-français, c’est-à-dire du français dans une phase très primitive, très archaïque, qui a refusé certaines innovations venant du Nord. En effet, le francoprovençal a suivi d’abord l’orientation des parlers du Nord, de Paris par exemple, mais, à partir d’une certaine date, il n’a plus accepté les innovations linguistique de la langue d’oïl. Des faits historiques ont contribué à la formation de cette langue : le domaine francoprovençal, autour de l’axe Lyon-Genève et sous l’influence du centre le plus important, Lyon, a vécu une phase de marginalisation progressive.

La séparation entre langue d’oïl et francoprovençal aurait donc commencé à la fin de l’époque mérovingienne ou au début de la carolingienne : à partir de ce moment, le francoprovençal est demeuré conservateur, tandis que le français a continué une évolution très forte du fait même des modifications démographiques très importantes en Gaule du Nord. L’origine et la destinée du francoprovençal ont été étroitement liées au sort de sa capitale historique, Lyon, capitale des Gaules et centre de rayonnement linguistique.

Le francoprovençal, en outre, ne possède pas ces caractéristiques qui ont permis à d’autres idiomes d’avoir une individualité plus marquée : en effet, il n’a jamais coïncidé avec une entité politique, n’a jamais connu un moment d’unification, n’a jamais possédé une koinè, c’est-à-dire une langue commune au-dessus des variétés locales. De plus, vers la fin du Moyen Âge, quand Lyon perd son rôle politique, permettant à chaque région de s’évoluer librement, la fragmentation linguistique de ces parlers s’accentue ultérieurement. Il s’agit donc d’une langue qui se présente sous la forme d’une myriade de parlers, qui est à l’état dialectal parfait, qui n’existe, en d’autres termes, que dans la grande variété de ses patois.

Distribution géographique

Le domaine francoprovençal concerne aujourd’hui trois États et il est donc très différencié politiquement et dépourvu des caractéristiques propres à une nation : on lui assigne des frontières à titre de définition.

Tracer les limites géographiques de cette aire est une opération pas du tout simple: elles sont souvent floues et flottantes. Cependant, l’analyse des traits communs à cette famille linguistique a abouti à une délimitation ainsi articulée :

  • la Vallée d’Aoste, à l’exception des trois communes germanophones de la Vallée du Lys, Gressoney-la-Trinité, Gressoney-Saint-Jean et Issime ;
  • la Suisse romande, à l’exception du Jura bernois, et, plus précisément, les cantons de Neuchâtel, Vaud, Genève, Fribourg et Valais ;
  • la Savoie et la Haute-Savoiele Lyonnais, le Dauphiné septentrional (Grenoble et Vienne), une partie de la Franche-Comté, le Bugey et la moitié méridionale de la Bresse ;
  • les vallées du Piémont occidental dans la province de Turin : la Vallée Sangone, la Vallée de Suse (moyenne et basse vallée), la Vallée Cenischia, la Vallée de Viù, la Vallée de Ala, la Vallée Grande, la Vallée Locana et la Vallée Soana ;
  • les deux colonies allophones de la province de Foggia dans les Pouilles, Faeto et Celle di San Vito, dont l’installation remonte probablement vers la fin du XIIIe siècle et le début du XIVe et dont la patrie d’origine, d’après l’analyse comparée des traits linguistiques, se situerait à l’est de Lyon, en Bugey.

Queun demàn pe lo patouè ?

(patouè de Euntroù)

Malgré eun retor d’euntérè pe lo patouè é malgré le-z-éfor di-z-istituchòn é de bièn de dzi de boun-a volontó, la perte de vitalitó de heutta lenva semble eun fénomène que se pou po ni aplanté ni récupéré. Le mezeue prèize pe tchertché de fée coutsouza, mimo se efficase, baston po todzor pe rezoudre le problème a la rèise. Lo desteun di patouè l’è dedeun le man de hise que lo prèdzon : lo patouè l’arè an chanse de survivre canque can ll’arè de dzi que l’arèn voya de lo prèdjé é seurtoù de lo trasmettre d’an jénérachòn a l’otra.

Pèquè ho fuche pousiblo fou eunsisté avàn to su la fameuille, que l’è lo bri di patouè : se dedeun la fameuille ll’a pomì la trasmichòn de l’amour pe nouha lenva di queur, de l’orgueille de prèdjé patouè, de l’eumportanse de hi patrimouèno queulturel que l’è eun di pilastre de nouha sivilizachòn, adòn veun defesilo alé récupéré heutte mime valeur dedeun d’otre milieu. La fameuille, soutchan-uya di-z-istituchòn, pou gnan-ì lo poueun priviléjà de trasmichòn de la lenva, eun poueun a mimo d’apreusté lo térèn ioi fée crèihe l’amour di patouè. Eun conclujòn, fou prèdjé patouè, lo prèdjé euncó de pi, lo fée vivre eun lo prèdzèn.

L’è hllèa que an lenva vivanta l’è jamì ferta, l’è todzor eungn évoluchòn. Pe heutta rèizòn lo patouè pou po continué a reusté la lenva di campagnar, esprèchòn de la sociétó ruralla d’eun cou ; lo patouè dèi ihé i pose avouì le ten, dèi posèi repondre i nésessitó prateucque de la sosiétó di dzor de vouì. Mimo eun reustèn eun porteur de tradichòn, lo patouè l’è euntérèchà d’an trasformachòn é d’eungn’évoluchòn costanta pe posèi se mantchan-ì concuransiella avouì le lenve que pouon profité d’eun statù sosial pi eumpourtàn.

Questa è la scommessa per il futuro! »

Fonte: www.patoisvda.org

Articles Similaires
Le groupe ConseillerNotre Histoire

Giornata della Memoria. Le Conseil de la Vallée s’engage contre toute forme de violence et de persécution

En ouverture de la séance du Conseil du 28 janvier 2021, faisant suite à l’anniversaire de la…
Continuer
du ConseilNotre Histoire

75 ans après le premier Conseil Valle CNL : aujourd’hui comme alors nous devons être des constructeurs

La lutte contre le COVID-19 a été comparée, peut-être à tort, à une guerre. Le…
Continuer
Notre HistoireVideo

Soixante-dix-sept ans de la «Déclaration de Chivasso» - Troisième partie

Il y a soixante-dix-sept ans, dans un logement de Chivasso, un groupe de représentants de la…
Continuer
se sei un autonomista e ti piace il progetto Peuple Valdôtaine Blog
Scrivici!

Saremo felici di contattarti e darti il tuo spazio di espressione

 

Laisser un commentaire