les femmes Valdôtaine

Ce n’est pas un beau printemps pour les femmes Turques!

C’est vraiment énervant de constater que le Président de la Turquie, M. Recep Tayyip Erdogan, s’érige en défenseur du respect des droits de l’homme, en accusant le président américain Joe Biden d’avoir utilisé des mots « inacceptables », qui « ne conviennent pas à un président » (Biden avait qualifié de « tueur » le leader russe Vladimir Poutine) et seulement quelques heures après il a l’ effronterie de retirer son Pays de la Convention d’Istanbul. Cette convention, adoptée il y a dix ans, bien qu’encore insatisfaite et insuffisante représente, quant meme, un instrument important pour obliger les gouvernements à adopter une législation réprimant la violence domestique et les abus similaires, y compris le viol conjugal et la mutilation génitale féminine.

Erdogan a publié un décret présidentiel en ce sens entre vendredi 19 et samedi 20 mars, en pleine nuit, dans l’obscurité qui bien s’adapte à son âme et à où il semble vouloir ramener la Turquie, un Pays qui, à cause des démarches inconsidérées de ce Président, voit s’affaiblir toujours plus ses chances de pouvoir un jour faire partie de la Communauté Européenne.

Et pour rendre le tableau encore plus désolant, les conservateurs turcs, souteneurs d’Erdogan, sont intervenus en affirmant que la Convention “nuisait à l’unité familiale, encourageait le divorce et que ses références à l’égalité étaient utilisées par la communauté LGBT pour être mieux acceptée dans la société” (croyez-moi, je ne peux même pas écrire ces déclarations sans sentir la colère qui monte en moi).
Le Conseil de l’Europe a défini cette décision « une nouvelle dévastatrice”. Mme Gokce Gokcen, la vice-présidente du Parti Républicain Turque (CHP), le principal parti d’opposition, a tweeté que l’abandon de cette convention signifiait « laisser les femmes être tuées » et aujourd’hui (samedi 20 mars ndlr) plusieurs milliers de personnes ont manifesté à Istanbul.
Le féminicide est d’ailleurs un problème grave en Turquie: en 2020 trois cents femmes ont été assassinées. La violence domestique est répandue et la réglementation intérieure jusqu’à présent n’a pas été en mesure de protéger toutes ces victimes.. et dès demain, la situation deviendra encore plus dangereuse. Ce n’est pas un printemps avec de bons présages qui va commencer.. hélas!

Tiziana Balma

Articles Similaires
du Conseildu SénatEvénementsLa JeunesseLa vie de l'UnionLe Comitéles femmes ValdôtaineVideo

Autonomie? Parliamone.

Le 26 février, on célèbre le 75e anniversaire de l’Autonomie de la Vallée d’Aoste et 73e…
Continuer
se sei un autonomista e ti piace il progetto Peuple Valdôtaine Blog
Scrivici!

Saremo felici di contattarti e darti il tuo spazio di espressione